Amis supporters, parents, sympathisants de tout horizon....Venez encourager vos équipes préférées tout au long de ce week-end !!! Allez les bleus(es) 💙💙

LE BILAN MI-SAISON AVEC LES FÉMININES R1 !

Après le bilan mi-saison de l’équipe R3 séniors avec Stéphane Soullard, c’est au tour de Jean-Luc Detchenique avec les féminines séniors R1 ! 

JLD

Bonjour Jean-Luc, quel bilan tires-tu de ces 5 premiers mois de compétition pour le groupe Féminines Seniors R1 ?

Bonjour et meilleurs vœux à tous. Le groupe a gagné, la saison précédente, le droit d’évoluer à un niveau de compétition d’autant plus élevé avec la naissance des compétitions régionales à l’échelle de toute la Normandie. De nombreuses filles le découvrent. S’y ajoute l’arrivée des recrues et le changement d’entraîneur. En l’occurrence, je vis ma première saison avec des filles. Tout ça demande du temps d’adaptation… Je suis convaincu que l’équipe dispose du bagage requis, sur tous les plans, pour la R1 et en tous cas pour s’y maintenir. La direction du club croit en nous et nous en donne les moyens. Nous avons un devoir de lui rendre sur le terrain.

Quel est pour toi le meilleur match de ton équipe et le pire à tes yeux ?

Je réponds à cette question sous réserves car la mémoire est sélective. Le première mi-temps du match au FC Rouen, où nous avons présenté une équipe expérimentale, me laisse le bon souvenir d’avoir tenu la dragée haute à un des cadors de la compétition, même si le score final est largement en notre défaveur. A Gonfreville, l’équipe a montré une grande force mentale en seconde période pour renverser la marque.

Les défaites contre Evreux et Briouze restent des cauchemars. Je pense qu’il n’y a pas quatre buts d’écart entre ces formations et nous. Et que dire des revers concédés contre Flers et à Beaumont ?

Par quelle équipe tu as été le plus impressionné ? 

De manière générale, je trouve le niveau de ce championnat significatif, au niveau tactique particulièrement. La grande majorité des équipes appliquent un plan de jeu élaboré et intégrant des principes actuellement mis à œuvre à des niveaux plus élevés. J’ai vu les équipes de l’AG Caen et du FC Rouen au-dessus de la mêlée avec, d’ailleurs, des animations très proches. Notre terrain de jeu est différent du leur ! Pratiquement partout, une ou deux joueuses expérimentées ayant évolué au niveau national, apportent leur expérience. Des clubs disposent de joueuses sous contrat, parfois même venues de l’étranger.

Quels ont été les points forts et faibles de ton groupe lors de cette première partie de saison ?

J’accorde à mon équipe un niveau de maîtrise du ballon appréciable et une force mentale notable. D’autres auraient peut-être déjà lâché face aux difficultés de différentes natures qui se sont dressées devant nous. J’y ajoute l’envie de donner toutes les forces disponibles pour aller chercher le maintien.

Nous accusons un déficit athlétique avec une moyenne de taille inférieure à nos concurrentes. Nous l’acceptons et déplaçons le débat sur d’autres thèmes. Je vois la marge de progression disponible comme un filon à exploiter pour grandir et grandir encore dans toutes les constituantes caractéristiques de la pratique du football.

On parle souvent de formation. Qu’apportent toutes ces jeunes dans le giron des équipes Seniors…?

La section féminine continue sa croissance. Les catégories intermédiaires – U13F et U16F – se portent bien. Édouard et Doriane y font un travail remarquable qui laisse espérer l’intégration, chaque saison, de jeunes joueuses dans le groupe des seniors, voire en équipe R1. Durant cette première partie de saison, des filles qui vont à peine prendre leurs 17 ou 18 ans prochainement sont venues commencer à construire leur expérience du haut niveau régional. L’équipe à 8, avec David, joue pleinement son rôle de post-formation et de réserve. Sous l’impulsion de Florent, l’école de football féminine est en train de grandir.

Tes attentes en termes de jeu et de résultats sont-ils en adéquation avec tes objectifs ?

L’animation du jeu reste encore éloignée de ce que je souhaite. Dans ce secteur aussi, ayons la patience d’attendre que le temps fasse son œuvre. Et puisqu’on parle de patience, en faire preuve sur le terrain constitue le socle des principes de jeu que je tente d’inculquer aux filles.

Le bilan à mi-saison se situe en dessous des espérances. J’attendais quelques victoires supplémentaires et une position au milieu du classement. Nous avons 3 mois devant nous pour nous augmenter notre niveau d’exigence et approcher ces objectifs.

Que peut-on souhaiter à notre football local pour 2019…?

Que l’équipe fanion de l’ASC se maintienne en N3 et puisse se donner les moyens d’accéder à l’étage au-dessus dans les trois prochaines saisons. Des montées successives des équipes B et C font partie de ces moyens, ainsi que le maintien au plus haut niveau régional des équipes de jeunes et, pourquoi pas, mieux encore.

Je suis persuadé que les féminines seront les initiatrices de la naissance de quelque chose de grand au niveau de l’agglomération. Je sais que des personnes d’horizons divers commencent à en poser les prémices. 2019, année de Coupe du Monde en Normandie, voilà le tremplin idéal !

Si tu avais un vœu ‘’football’’ à formuler pour 2019… ?

 Mon vœu football, comme vous l’appelez, va au-delà de 2019. J’aspire à un retour au premier plan du jeu et du spectacle dans le football. Bien sûr, à partir du moment où on pratique un sport de compétition, le résultat est important. Je crois que ce qui prime plus encore est la pérennité de ces résultats et qu’elle s’acquiert avec la pratique la plus maîtrisée possible du jeu. Et puis je pense à tous ceux qui assistent aux matchs auxquels offrir un beau spectacle est, pour moi, la plus forte des priorités.

Les commentaire sont fermés.